Perpignan : Une « cassolada » au nom de la liberté des prisonniers catalans
Trois cents personnes ont manifesté ce mercredi soir à Perpignan

Casserole à la main et sifflet aux lèvres, de joyeux militants se sont mobilisés hier à Perpignan en solidarité avec la Catalogne sud. À l’appel du collectif d’artistes des Angelets de la Terra, trois cents manifestants ont ainsi commencé à se rassembler devant les grilles du consulat d’Espagne, vite recouvertes de symboliques rubans jaunes dédiés aux neuf prisonniers détenus outre-Pyrénées et à l’ex-président Carles Puigdemont, arrêté dimanche en Allemagne.

Prélude à une série de concerts
« Nous sommes descendus dans la rue pour faire du bruit, créer de la cacophonie au nom de la liberté et du respect des droits de l’Homme bafoués par le gouvernement de Madrid », revendique Ramon Faura, l’organisateur de cette « Cassolada per la llibertat ». Lancée le matin même sur les réseaux sociaux, l’initiative couronne sans délai un double succès populaire. Elle marque à la fois l’adhésion de nombreux participants, et « permet enfin aux Catalanistes de se réunir ensemble », relève le coordinateur.
Heureux de voir des responsables d’associations, de partis politiques et des anonymes défiler à l’unisson jusqu’à la place de Catalogne. « L’aïoli a pris. J’espère donc qu’il va continuer de monter pour que nous montrions notre totale désapprobation à l’Espagne », conclut Ramon Faura avant d’entonner l’Estaca et de donner des rendez-vous musicaux aux militants.
Les Angelets de la Terra ont en effet prévu de se produire en concert de soutien dès ce dimanche 1er avril à Alénya, puis le 19 mai à Villefranche-de-Conflent, le 22 septembre au Soler et le 13 octobre à Pézilla-la-Rivière.
Sans oublier la grande manifestation fixée le 15 avril prochain à Barcelone.

Corine Sabouraud pour L'Indépendant

29595032_1924830577527578_5114309857587